Aller au contenu

UPA-BUA Union Professionnelle d'Architectes
Beroepsunie Van Architecten

Manifeste pour une architecture responsable 2015

Manifeste pour une architecture responsable 2015

Les engagements des architectes pour le climat de l’avenir

 

Nous, architectes du monde entier, appelons inlassablement depuis de nombreuses années, les organisations internationales et gouvernements nationaux à prendre conscience de l’impact du secteur de la construction sur l’évolution du climat et des solutions que peut apporter l’architecture.
Nous, architectes du monde entier, sommes, par notre formation et notre expérience, porteurs de propositions d’aménagement urbain permettant l’installation de populations dans des conditions dignes de sécurité, de santé, de solidarité et d’humanité. Nous disposons de l’expertise nécessaire pour concevoir des environnements bâtis à faible émission de carbone, économes en énergie, résilients, sains et inclusifs, contribuant à atténuer le changement climatique et à adapter nos villes et nos bâtiments à ses effets.
Sans aucun doute, la 21e Conférence des parties (COP-21) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est celle de la dernière chance !
Mais nous architectes du monde entier, acteurs majeurs du cadre bâti, sommes convaincus que tout est encore possible, si des mesures concrètes et innovantes sont prises pour promouvoir un environnement plus sobre en carbone et adapté aux nouvelles conditions climatiques.
C’est pourquoi, dans l’exercice quotidien de notre métier, et quelle que soit la taille des projets, nous, architectes du monde entier, nous engageons à promouvoir auprès des maîtres d’ouvrage publics et privés les mesures suivantes.


Pour une ville durable et résiliente

Placer l’humain au cœur des projets de développement urbain
La ville durable est avant tout aimable et solidaire ; sa première finalité est de créer du vivre ensemble et de favoriser l’inclusion sociale pour les générations présentes et futures. La ville durable n’est pas celle de l’entre soi et de l’enfermement, mais une ville passante, où les espaces publics sont restitués à l’ensemble des citoyens.

Encourager le modèle de la ville compacte favorisant la mixité sociale et des fonctions
La ville durable à bas carbone, allie de manière équilibrée densité et intensité, et intègre de manière harmonieuse logements, bureaux, commerces et équipements collectifs. L’accessibilité et la mobilité en sont les axes structurants. Bien habiter c’est habiter près des emplois, des services et des transports en commun.

Privilégier la régénération urbaine
La ville bas-carbone doit avant tout être une ville réversible, capable de se recomposer sur elle-même. Privilégions, dans le respect de la conservation du patrimoine, un urbanisme de projet rénové et concerté et évitons, chaque fois que possible, la création ex nihilo, de villes nouvelles.

Mettre en place des mécanismes de gouvernance partagés par tous
Un urbanisme durable est un urbanisme concerté associant tous les acteurs de la ville : élus, habitants architectes ainsi que l’ensemble des acteurs du cadre bâti. Leur intervention doit reposer sur des mécanismes de gouvernance partagés par tous.


La conception, premier enjeu d’un bâtiment durable

Favoriser les propositions innovantes
La conception d’un projet autour d’une architecture partagée doit viser une utilisation plus rationnelle des ressources. Encourageons lors de la conception de bâtiments neufs ou de projets de rénovation la recherche de solutions innovantes privilégiant des espaces et des équipements mutualisés, et adaptables à des usages multiples.

Valoriser les études de conception
La performance environnementale d’un bâtiment doit être intimement liée aux solutions architecturales proposées dès la phase de l’esquisse. L’orientation du bâtiment, sa compacité, sont aussi importants que la performance thermique des matériaux et systèmes utilisés.

Privilégier l’utilisation de ressources  et de solutions locales pour la construction
Utilisons les ressources locales, adaptées au contexte, acheminées par des circuits courts d’approvisionnement pour réduire sensiblement l’empreinte carbone du bâtiment et favoriser l’appropriation du projet par les habitants. L’architecture est aussi un « processus d’émancipation ».
Priorité doit être aussi accordée au contexte en privilégiant des solutions techniques éprouvées localement.

Construire des bâtiments correspondant aux besoins tout en imaginant leur reconversion
Construire durable exige de concevoir des bâtiments en adéquation avec les besoins du territoire et des usagers. Bien habiter, c’est habiter dans des logements économes en énergie et adaptés aux usages et aux évolutions des structures familiales. L’obsolescence des bâtiments tertiaires et des équipements publics peut être freinée en anticipant l’évolution des attentes des usagers de demain.

Réfléchir au cycle de vie des bâtiments  et aux scénarios de déconstruction
Construire durable et responsable c’est penser les bâtiments tout au long de leur cycle de vie. C’est prêter attention au recyclage et à la réutilisation des matériaux de construction. C’est également prendre en considération les déchets et réfléchir à des scénarios de déconstruction des bâtiments.

Rénover le parc existant
La rénovation à grande échelle du parc immobilier existant constitue une condition importante pour atteindre les objectifs globaux de réduction d’émissions de GES. C’est pourquoi, la rénovation massive du parc existant doit être inscrite au cœur des politiques publiques.

L’architecture est un puissant levier pour réduire à moyen terme et à faible coût les émissions de gaz à effet de serre, et adapter nos sociétés aux inévitables effets du changement climatique. Par leur approche globale, prenant en compte les aspects économiques, sociaux, environnementaux, politiques et culturels pour la conception de projets urbains, les architectes contribuent à l’engagement de notre monde sur la voie de la durabilité.

Pour mieux vivre ensemble demain, nous, architectes du monde entier, appelons à la mise en place de politiques fortes capables d’arrêter la croissance anarchique des villes, enrayer l’injustice liée au mauvais partage des ressources, ralentir l’exode climatique, prévenir l’exposition aux risques naturels ou industriels et mettre fin à la dégradation des ressources naturelles de la planète.


Paris, le 30 novembre 2015

Déclaration de l’Union Internationale des Architectes (UIA), le Conseil des Architectes d’Europe (CAE), le Conseil National de l’Ordre des Architectes français (CNOA) et le Conseil pour l’International des Architectes Français (CIAF).


Source : https://ace-cae.eu