Aller au contenu

UPA-BUA Union Professionnelle d'Architectes
Beroepsunie Van Architecten

ICOMOS Charte de Washington 1987

CHARTE INTERNATIONALE POUR LA SAUVEGARDE DES VILLES HISTORIQUES – CHARTE DE WASHINGTON 1987

Adoptée par L’Assemblée Générale d’ICOMOS à Washington D.C., octobre 1987

 

PREAMBULE ET DEFINITIONS

Résultant  d'un  développement  plus  ou  moins  spontané  ou  d'un  projet  délibéré,  toutes  les villes du monde sont les expressions matérielles de la diversité des sociétés à travers l'histoire et sont de ce fait toutes historiques. 

La présente charte concerne plus précisément les villes grandes ou petites et les centres ou quartiers historiques, avec leur environnement naturel ou bâti, qui, outre leur qualité de  document  historique,  expriment  les  valeurs  propres  aux  civilisations  urbaines  traditionnelles. Or, celles-ci sont menacées de dégradation, de déstructuration voire de destruction,  sous  l'effet  d'un  mode  d'urbanisation  né  à  l'ère  industrielle  et  qui  atteint  aujourd'hui universellement toutes les sociétés. 

Face  à  cette  situation  souvent  dramatique  qui  provoque  des  pertes  irréversibles  de  caractère   culturel   et   social   et   même   économique,   le   Conseil   International   des   Monuments  et  des  Sites  (ICOMOS)  a  estimé  nécessaire  de  rédiger  une  "Charte  internationale pour la sauvegarde des villes historiques". 

Complétant   la   "Charte   internationale   sur   la   conservation   et   la   restauration   des   monuments  et  des  sites"  (Venise,  1964),  ce  nouveau  texte  définit  les  principes  et  les  objectifs, les méthodes et les instruments de l'action propre à sauvegarder la qualité des villes  historiques,  à  favoriser  l'harmonie  de  la  vie  individuelle  et  sociale  et  à  perpétuer  l'ensemble des biens, même modestes, qui constituent la mémoire de l'humanité. 

Comme  dans  le  texte  de  la  Recommandation  de  l'UNESCO  "concernant  la  sauvegarde  des  ensembles  historiques  ou  traditionnels  et  leur  rôle  dans  la  vie  contemporaine"  (Varsovie-Nairobi,  1976),  ainsi  que  dans  différents  autres  instruments  internationaux,  on  entend  ici  par  "sauvegarde  des  villes  historiques"  les  mesures  nécessaires  à  leur  protection,  à  leur  conservation  et  à  leur  restauration  ainsi  qu'à  leur  développement  cohérent et à leur adaptation harmonieuse à la vie contemporaine. 

 

PRINCIPES ET OBJECTIFS

1. La  sauvegarde  des  villes  et  quartiers  historiques  doit,  pour  être  efficace,  faire  partie  intégrante  d'une  politique  cohérente  de  développement  économique  et  social  et  être prise en compte dans les plans d'aménagement et d'urbanisme à tous les niveaux. 

2. Les valeurs à préserver sont le caractère historique de la ville et l'ensemble des éléments matériels et spirituels qui en exprime l'image, en particulier: 

a) la forme urbaine définie par la trame et le parcellaire, 

b) les  relations  entre  les  divers  espaces  urbains:  espaces  bâtis,  espaces  libres, espaces plantés, 

c) la  forme  et  l'aspect  des  édifices  (intérieur  et  extérieur),  tels  qu'ils  sont  définis par leur structure, volume, style, échelle, matériaux, couleur et décoration, 

d) les  relations  de  la  ville  avec  son  environnement  naturel  ou  créé  par  l'homme,

e) les vocations diverses de la ville acquises au cours de son histoire. Toute atteinte à ces valeurs compromettrait l'authenticité de la ville historique. 

3. La   participation   et   l'implication   des   habitants   de   toute   la   ville   sont   indispensables  au  succès  de  la  sauvegarde.  Elles  doivent  donc  être  recherchées  en  toutes  circonstances  et  favorisées  par  la  nécessaire  prise  de  conscience  de  toutes  les  générations.  Il  ne  faut  jamais  oublier  que  la  sauvegarde  des  villes  et  quartiers  historiques concerne en premier leurs habitants. 

4. Les  interventions  sur  un  quartier  ou  une  ville  historique  doivent  être  menées  avec prudence, méthode et rigueur, en évitant tout dogmatisme, mais en tenant compte des problèmes spécifiques à chaque cas particulier. 

 

METHODES ET INSTRUMENTS

5. La  planification  de  la  sauvegarde  des  villes  et  quartiers  historiques  doit  être  précédée  d'études  pluridisciplinaires.  Le  plan  de  sauvegarde  doit  comprendre  une  analyse    des    données,    notamment    archéologiques,    historiques,    architecturales,    techniques,  sociologiques  et  économiques  et  doit  définir  les  principales  orientations  et  les modalités des actions à entreprendre au plan juridique, administratif et financier. Le plan de sauvegarde devra s'attacher à définir une articulation harmonieuse des quartiers historiques  dans  l'ensemble  de  la  ville.  Le  plan  de  sauvegarde  doit  déterminer  les  bâtiments  ou  groupes  de  bâtiments  à  protéger  particulièrement,  à  conserver  dans  certaines  conditions  et,  dans  des  circonstances  exceptionnelles  à  détruire.  L'état  des  lieux   avant   toute   intervention   sera   rigoureusement   documenté.   Le   plan   devrait   bénéficier de l'adhésion des habitants.

6. Dans l'attente de l'adoption d'un plan de sauvegarde les actions nécessaires à la conservation doivent être prises, comme bien entendu pour la suite, dans le respect des principes et méthodes de la présente Charte et de la Charte de Venise. 

7. La  conservation  des  villes  et  des  quartiers  historiques  implique  un  entretien  permanent du bâti. 

8. Les  fonctions  nouvelles  et  les  réseaux  d'infrastructure  exigés  par  la  vie  contemporaine doivent être adaptés aux spécificités des villes historiques. 

9. L'amélioration  de  l'habitat  doit  constituer  un  des  objectifs  fondamentaux  de  la  sauvegarde.  

10. Au  cas  où  il  serait  nécessaire  d'effectuer  des  transformations  d'immeubles  ou  d'en  construire  des  nouveaux,  toute  adjonction  devra  respecter  l'organisation  spatiale  existante, notamment son parcellaire et son échelle, ainsi que l'imposent la qualité et la valeur  d'ensemble  des  constructions  existantes.  L'introduction  d'éléments  de  caractère  contemporain, sous réserve de ne pas nuire à l'harmonie de l'ensemble, peut contribuer à son enrichissement. 

11. Il  importe  de  concourir  à  une  meilleure  connaissance  du  passé  des  villes  historiques  en  favorisant  les  recherches  de  l'archéologie  urbaine  et  la  présentation
appropriée de ses découvertes sans nuire à l'organisation générale du tissu urbain.

12. La  circulation  des  véhicules  doit  être  strictement  réglementée  à  l'intérieur  des  villes  ou  des  quartiers  historiques;  les  aires  de  stationnement  devront  être  aménagées  de manière à ne pas dégrader leur aspect ni celui de leur environnement.

13. Les  grands  réseaux  routiers,  prévus  dans  le  cadre  de  l'aménagement  du  territoire, ne doivent pas pénétrer dans les villes historiques mais seulement faciliter le trafic à l'approche de ces villes et en permettre un accès facile. 

14. Des mesures préventives contre les catastrophes naturelles et contre toutes les nuisances (notamment les pollutions et les vibrations) doivent être prises en faveur des villes historiques, tout aussi bien pour assurer la sauvegarde de leur patrimoine que la sécurité et le bien être de leurs habitants. Les moyens mis en oeuvre pour prévenir ou réparer  les  effets  de  toutes  calamités  doivent  être  adaptés  au  caractère  spécifique  des  biens à sauvegarder. 

15. En vue d'assurer la participation et l'implication des habitants, une information générale  commençant  dès  l'âge  scolaire  doit être mise en oeuvre. L'action des associations  de  sauvegarde  doit  être  favorisée  et  des  mesures  financières  de  nature  à  faciliter la conservation et la restauration du bâti doivent être prises. 

16. La  sauvegarde  exige  que  soit  organisée  une  formation  spécialisée  à  l'intention  de toutes les professions concernées. 

 

source: https://icomos.org