Aller au contenu

UPA-BUA Union Professionnelle d'Architectes
Beroepsunie Van Architecten

Prix Van Hove 2018

PRIX VAN HOVE 2018

 

Le 20 octobre 2018, le jury du Prix Van Hove s’est réuni au siège de l’UPA-BUA. Il était composé de 12 membres :

  • Catherine Titeux, architecte et dr. en histoire de l’art, enseignante à l’ENSAM (Montpellier)
  • Didier Holemans, ingénieur architecte, président de l'UPA/BUA
  • Julien De Smedt, architecte (JDS), carrière internationale, invité comme conférencier
  • Marie-Madeleine Mennens, architecte, membre de l'UPA/BUA
  • Nico Steinmetz, architecte au G.-D. de Luxembourg
  • Pauline Cabrit, paysagiste de l’équipe du Bouwmeester de Charleroi
  • Pierre Van Assche, architecte et urbaniste, membre de l'UPA/BUA, chargé du PVH
  • Roxanne Le Grelle, architecte, coordinatrice revue A+
  • Sven Grooten, architecte et urbaniste, co-fondateur de B architecten
  • Sylvie Bruyninckx, architecte, vice présidente du BVA, membre UIA
  • Thierry Lamy, architecte, membre de l'UPA/BUA
  • Willy Van Bel, architecte, ancien professeur ISA Bruxelles & Newcasle

 

Après une première délibération, le jury a nominé 14 projets, qui seront présentés à l’exposition.

D’une manière générale, le jury et les organisateurs du Prix observent que l'enseignement de l’architecture prend une orientation de plus en plus théorique. Les TFE (travaux de fin d’étude) sont soit des projets d’architecture, soit des travaux théoriques et dans certaines écoles, les TFE mêlent les deux.
Par ailleurs, de plus en plus souvent, les TFE  sont réalisés en équipes, desquelles  il n’est pas possible d’isoler les contributions individuelles au sens du règlement du Prix Van Hove. Ces éléments seront sans doute à prendre en compte pour l’organisation des sessions futures.


Bon nombre de projets présentés lors de la présente session sont portés par des réflexions sociétales et affrontent des enjeux contemporains tels que la densification des villes, leur adaptation à la mixité sociale et la lutte contre la précarité. Parmi ces projets, le jury a choisi d’en récompenser cinq pour les grandes qualités qu’il y a découvertes et qui illustrent des démarches généreuses et humanistes en cherchant à répondre aux questions actuelles ainsi qu’au souci d’apporter une plus-value pour la société.

 

Dans des contextes très différents de quartiers fragilisés, deux de ces projets explorent les moyens de la cohésion sociale par l’architecture du logement, tandis qu’un troisième le fait par l’équipement public. Aux yeux du jury, ces trois projets très engagés présentent de plus, et à qualités égales, les valeurs de cohérence et d’aboutissement que mettent en exergue les attendus du Prix Van Hove.
A ce titre, à l’unanimité des voix, le jury leur octroie à tous trois le premier Prix Van Hove 2018 en ex-æquo (de 1200 €), et récompense les deux autres projets par deux mentions spéciales ex-æquo (de 700 €).

 

 

• PRIX VAN HOVE 2018 : Luna CATTEUW (KU Leuven)

“As found in Kazanches – the existing urban fabric as guideline for inner city housing development in Addis Ababa, Ethiopia.”

Le projet consiste au développement du tissu urbain à Addis-Abeba en Ethiopie. Il s’agit d’une réponse à la problématique locale caractérisée par la pénurie de logements conjuguée au manque de ressources. Le projet combine les aspects positifs des logements modernes construits par l’Etat, avec une standardisation d’éléments constructifs au service d’une démarche plus respectueuse du contexte vernaculaire.
Le jury a apprécié l’affrontement à la multiplicité d’enjeux de première importance en Afrique tel que les défis de la densification. Graphiquement bien illustré, le projet est très complet, prenant notamment en compte l'aspect économique et le phasage des réalisations.

 

As found in Kazanches – the existing urban fabric as guideline for inner city housing development in Addis Ababa, Ethiopia. – Panneel1

 

As found in Kazanches – the existing urban fabric as guideline for inner city housing development in Addis Ababa, Ethiopia. – Panneel 2

 

 

• PRIX VAN HOVE 2018 : François RICCIARDI (ULB - La Cambre Horta)

“Allapattah Motor Housing : an Hybrid Housing”

Le projet propose d'analyser de vastes territoires urbains afin d'y apporter des interventions ponctuelles visant à améliorer la qualité de vie. Ce projet approche la problématique de mixité et de cohésion sociale dans le contexte de Miami, dont la réalité de la ségrégation ethnique et populaire est masquée par l’image festive et insouciante de la station balnéaire. La proposition faite ici est la densification par la cohabitation, le vivre ensemble par l’intégration de logements sociaux avec des logements de vacances. L’auteur explique sans détours les sources de sa formulation architecturale qu’il trouve autant dans l’ironie du postmodernisme que dans le cynisme de l’architecture standardisée américaine. La présentation est vivante, colorée et très lisible.

 

Allapattah Motor Housing : an Hybrid Housing – Panneau 1

 

Allapattah Motor Housing : an Hybrid Housing – Panneau 2

 

 

• PRIX VAN HOVE 2018 : Tomas BARBERA-RAMALLO (ULB - La Cambre Horta)

« Delva »

Le projet interroge la programmation d’une promotion immobilière en cours sur une friche industrielle vouée à la destruction dans le quartier Esseghem (à la limite de Jette et de Laeken). Comme les deux autres projets primés, ce projet traite de manière engagée de la mixité et de la cohésion sociale. En réponse et complément à l’opération immobilière qu’il accepte comme un fait acquis, l’auteur fait la proposition d’équipements sportifs et d’un bâtiment public regroupant une maison de quartier et un service de santé mentale. L’innovation et l’originalité du projet, consiste en une récupération d’éléments existants dans une mise en forme nouvelle. Cette démarche matérialise une attention à l’économie circulaire.

 

Delva – Panneau 1

 

Delva – Panneau 2

 

 

• MENTION SPECIALE : Henri VANTORRE. (UCL-Loci Louvain-la-Neuve)

« Charleroi Wood City »

Ici encore, il s’agit d’explorer la notion du recyclage urbain : économiser la matière en réutilisant l’espace d’une friche industrielle à l’ouest de Charleroi. Mais ici, ce sont les arbres qui constituent le fil conducteur : une ancienne usine d’engrais est transformée en une école sylvicole, horticole et de charpenterie, inscrite dans une économie circulaire exemplaire. Le programme tient compte de la dépollution du sol, de la réaffectation de l’usine et de la formation aux activités liées à la production et l’utilisation du bois. Le projet architectural, très modulaire, fait logiquement appel à la construction en bois exploité sur place. Le contexte est interrogé finement et les réponses sont réfléchies.

 

Charleroi Wood City – Panneau 1

 

Charleroi Wood City – Panneau 2

 

 

• MENTION SPECIALE : Vladimir VERHASSELT (UCL-Loci Bruxelles)  

« Hospitality : Brussels and its Migrants »

Ce travail apparemment très bien documenté, s’attaque à la question actuelle et délicate de l’accueil et de l’intégration des migrants en demande d’asile. Le projet propose la création d’un habitat collectif modulable et adapté, qu’il situe dans le quartier Heyvaert à Anderlecht Le projet architectural, traité en toute sobriété, est pensé comme un outil fonctionnel, maximalisant la flexibilité afin de répondre de manière digne et humaine à la diversité des familles et des cultures. La réponse à l’intégration douce des migrants par le logement temporaire se veut concrète, mais aussi ouverte spatialement et socialement au sein du quartier d’accueil

 

Hospitality : Brussels and its Migrants – Panneau 1

 

Hospitality : Brussels and its Migrants – Panneau 2

 

Outre l’exposition des cinq projets lauréats parmi l’ensemble des nominés, le jury a suggéré que ces lauréats fassent l’objet d’une exposition plus fournie, sinon complète, de leurs travaux de fin d’étude.  L’Assemblée Générale de l’UPA-BUA du 15 novembre dernier a par ailleurs envisagé de publier un bulletin spécial dédié aux résultats du Prix Van Hove.